2-SAL56_3-30 2_edited.png
119902792_2770300553182375_4571134436198

SAL 56

HISTORIQUE

Créée en mai 1915 sur Caudron G3 et nommée C56, cette escadrille appartient au 3ème Régiment d’Observation. Rattachée au 17ème Corps d’Armée jusqu’à la fin de la Grande Guerre, elle devient SAL56 en acquérant ses Salmson 2A2 en mars 1918. Elle totalise 9 victoires aériennes homologuées, 2 citations à l’ordre de l’Armée et s’est vu décerner la croix de guerre 14-18 avec deux palmes de bronze.

Après-guerre, l'unité est versée au 31e Régiment d'Aviation d'Observation (RAO), basé à Tours. En 1931, au gré des changements d'appellation, la SAL 56 devient la 4e escadrille du Groupe d'Observation II/31 qu'elle n'abandonne que pour être mise en sommeil le 15 août 1940 en vertu des termes de l'armistice.

Il faut attendre 1965 pour voir réapparaître le scarabée égyptien dans les registres de l'armée de l'air, quand l'escadrille est réactivée au sein de l'EB 3/93 "Sambre". L'escadron est alors équipé du tout nouveau Mirage IVA sur la base de Cambrai. Malheureusement, le scarabée ne figurait pas sur les avions qui étaient des vecteurs stratégiques de première ligne à la robe d'une grande sobriété.

La SAL 56 est de nouveau désactivée en 1976 avant de renaître, le 4 novembre 2010, sur la base aérienne 104 d'Al-Dhafra (Emirats Arabes Unis) et d'être portée sur la dérive du tout nouveau chasseur des Forces, le Rafale.

hist-spa38.png
122501300_2798842170328213_3568470158651

SPA 38

HISTORIQUE

Issue de l’escadrille MS38 alors sur Maurane Saulnier type L, elle devient N38 lorsqu’elle opère sur Nieuport en septembre 1915. Les premiers chardons poussent sur les flancs des Nieuport en 1916, probablement suite au détachement à Vadelaincourt car ils reprennent le symbole des blasons de la Lorraine et surtout de la ville de Nancy. Elle devient SPA 38 en avril 1917 et continue le combat sur SPAD VII. Elle totalise à la fin de la Grande Guerre cent victoires homologuées et compte de nombreux As français dans ses rangs. Malgré des états de service remarquables, elle est dissoute dès le conflit achevé.

C'est en 1937 qu'elle renaît au sein du GARALD 564 sur Morane-Saulnier MS 225 et basé à Cuers-Pierrefeu dans le Var. A noter que si le 564 reprend les traditions de la SPA 38, l'insigne au chardon est abandonné et remplacé par rouget grondin semblable à celui de la SPAbi 266.
En 1939, l'Escadrille Régionale de Chasse 564 est dissoute pour devenir la 2e escadrille du Groupe de Chasse II/8 à Marignane. A cette occasion, le chardon lorrain refait son apparition, cette-fois-ci sur des chasseurs lourds Potez 63. C'est là que la trouve la Seconde Guerre mondiale où elle reçoit comme mission, sous l'autorité de la marine, de protéger les ports et intercepter l'ennemi en haute mer.
Début 1940, l'ensemble du Groupe est transformé sur le monoplace Bloch 152 et, de sa nouvelle base proche de Calais, encaisse les premiers chocs du Blitzkrieg de mai 1940. La bataille est rude et malgré toute la vaillance des hommes, l'avancée allemande est fulgurante. Repli après repli, l'ensemble du GC II/8 se retrouve sur le terrain d'Aix-les-Mille au moment de l'armistice. Jusqu'au 12 novembre 1942, la SPA 38 sert au sein des forces du régime de Vichy avant sa dissolution officielle le 1er décembre 1942, suite à l'occupation de la zone sud par les troupes nazies.

La SPA 38 est réactivée en 1951 au II/8 "Languedoc" et participe activement aux opérations en Indochine, ornant le capot moteur de F8F Bearcat. Elle intervient ainsi dans la défense de Dien Bien Phu. Par la suite, l'escadrille assiste aux diverses transformations de son escadron, qui transite par divers appareils avant sa mise en sommeil. Successivement, le "chardon lorrain" est donc porté par des "Mistral", des "Mystère IV" puis, finalement, le "Jaguar". Entretemps, l'unité a quitté Nancy pour la base de Saint-Dizier.
A l'été 2001, la dissolution du "Languedoc" entraîne la mise en sommeil de la SPA 38. Elle renaît en 2010 comme 2e escadrille de l'EC 3/30 Lorraine sur Mirage 2000-5 et Rafale.

hist-spa162.png
101558704_2677610355784729_6631500518013

SPA 162

HISTORIQUE

Créée en janvier 1918 par dédoublement de l’escadrille N152 elle devient SPA 162 en avril 1918 en touchant ses premiers SPAD. Elle est rapidement dissoute à l'issue de la Grande guerre pour n'être recréée qu'en 1952 comme escadrille de l'escadron de chasse 1/12 "Cambrésis". Initialement seule, la tête de tigre superpose le foudre à 3 pointes caractéristique des Ouragans dont elle est dotée à cette date.
En 1959, la 162 troque ses Ouragans pour des Super Mystère B2, puis des Mirage F1 en 1978. Elle participe aux déploiements africains au Tchad dans le cadre des opérations "Manta" et "Epervier". En 1992, elle reçoit ses premiers Mirage 2000C.

Jusqu’en 2012, elle fait partie du 1/12, l'un des trois membres fondateurs de la Nato Tiger Association. La mise en sommeil de cet emblématique escadron cette année-là envoie l'escadrille à l'EC 1/7 "Provence" sur Rafale avant une nouvelle transition vers le "Lorraine" à l'été 2016. Par cette origine, elle permet à l’Escadron de Chasse 3/30 "Lorraine" de rejoindre la communauté tigre, en participant annuellement à l’exercice Nato Tiger Meet.